• ___

LE TEMPS LONG SANS L'ÉCOLE

Mis à jour : mai 21

Sensible au confinement des aînés, William Trépanier a saisi l’occasion de faire plaisir aux résidants du Village Harmonie, il y a quelques semaines. Le jeune homme de 17 ans nous parle avec franchise de ce qu’il vit pendant la crise de la COVID-19.


Crédit photo : Claude Grenier NUMÉRA

En tant que jeune pour qui le parcours scolaire comporte certaines embûches, la première réaction de William Trépanier en apprenant la fermeture des écoles en mars dernier a été plutôt positive.

« Au début, comme plusieurs de mes amis, je me suis dit yes, ça va faire un long congé! Mais plus le temps passe, plus j’ai hâte d’y retourner finalement. »

Le jeune homme de 17 ans de Sainte-Cécile, qui fréquente l’unité de rattrapage de la Polyvalente Montignac tout en amorçant un DEP en taille de pierre, nous parle avec franchise de ce qu’il vit pendant la crise de la

COVID-19.




« C’est vraiment spécial ce qu’on vit en ce moment, je n’ai jamais vécu ça. Je sais qu’il va y avoir une crise économique, mais ce n’est pas clair pour moi les impacts de tout ça à plus long terme. Aussi, avec ce qu’on entend par rapport à la police, on dirait qu’on ne sait pas trop ce qu’on peut faire ou non en ce moment, par exemple, si on peut aller se promener en char pour passer le temps! »

Son temps, William le passe à dormir beaucoup plus tard que d’habitude, à jouer à des jeux vidéo et à faire du quatre-roues, entre autres. Il continue son emploi à temps partiel.


« On fait attention de respecter le 2 mètres de distance entre les employés dans les cuisines, ce n’est pas toujours facile, surtout quand c’est le rush, mais on y arrive. »

William remarque qu’il dépense beaucoup moins vite l’argent qu’il gagne depuis le début du confinement. C’est un point positif de cette crise pour lui : cela lui permet d’épargner plus facilement pour des projets qui lui tiennent à cœur.


« J’aimerais ça aller à la pêche au saumon sur la Côte-Nord cet été ou bien faire d’autres petits voyages… mais bon, l’affaire c’est qu’on ne sait pas si ça va être possible de se déplacer! »

On sent chez William une certaine lucidité face à l’incertitude dans laquelle nous sommes tous plongés. Privé de contact avec ses grands-parents qu’il allait voir plusieurs fois par semaine avant la crise, il évoque aussi son inquiétude :


« Je n’ai pas tant peur du virus pour moi, mais j’ai peur de l’attraper et de le transmettre, par exemple, à mes grands-parents. Je ne vais plus les voir en ce moment, c’est sûr, mais je m’ennuie d’eux. »

Sensible au confinement des aînés, William a saisi l’occasion de faire plaisir aux résidants du Village Harmonie, il y a quelques semaines, en enfilant les habits de la mascotte Splash du Lac en fête.


« J’ai su qu’ils cherchaient quelqu’un pour ça. Je me suis dit que, comme j’aime ça faire sourire les gens, je pourrais ben faire ça! C’est cool d’aider le monde. »

Crédit photo : Lac en Fête

Les résidants étaient invités à sortir sur leur balcon pour bouger un peu avec la mascotte, au son des chansons interprétées par un chanteur, tous deux postés dans le stationnement de la résidence.


Au fil des semaines qui passent sans voir ses amis, William réalise à quel point ceux-ci sont importants pour lui. Il se surprend même à s’ennuyer un peu de l’école tout compte fait.

« J’aurais peut-être pas pensé dire ça, mais si jamais l’école ouvre et qu’on n’est pas obligés d’y être, je vais y aller quand même! »


Au moment où l’entrevue a été réalisée, nous ne savions pas encore que les écoles secondaires demeureraient fermées jusqu’en septembre.


Contacté à nouveau pour avoir son point de vue à ce sujet, William semble perplexe. Pour l’instant, plusieurs questions, dont les réponses viendront sans doute au fil des semaines, demeurent en suspens pour lui et probablement pour plusieurs autres jeunes de niveau secondaire.


« Je ne sais pas trop si je vais pouvoir avancer mes matières à distance. Je trouve ça plate de ne pas pouvoir finir ce que j’avais commencé cette année. Je me demande aussi si ça va rallonger mes études! »

Avec bien des points d’interrogation en tête par rapport à la suite de son parcours scolaire, le jeune homme ambitionne d’entrer un jour dans l’armée et d’y apprendre le métier de mécanicien ou d’ambulancier. Pour y parvenir, il doit avancer davantage dans sa scolarité de niveau secondaire.


Sachant que le retour en classe n’est pas pour tout de suite, il souhaiterait tout de même pouvoir faire quelques travaux scolaires à distance, malgré les défis possibles, pour ne pas perdre tous ses acquis. Il compte également profiter des prochains mois pour faire des activités qu’il aime pour garder le moral et revenir motivé en septembre prochain!



1,048 vues